Aux petits mots les grands remèdes

Publié le par Mlle Lambert

Alex notre héro passionné par les livres, a choisi d'exercer le métier peu commun de bibliothérapeute. Sa mission: soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures. Yann, l'adolescent fragile qui s'est fermé au monde; le cynique Robert, étouffé par son travail et qui ne sait plus comment parler à sa femme; Antony, la star de football refusant de s'avouer certaines de ses passions... Tous consultent Alex. Mais qui donnera des conseils au bibliothérapeute lui-même? La clé du bonheur se trouve-t-elle vraiment entre les lignes de ses livres chéris?

L'avis de Mlle Lambert :

Dès que j’ai lu le résumé de ce roman, j’ai eu envie d’en savoir plus. Un livre qui tourne autour d’un bibliothérapeute dont la principale mission est de soigner les maux de ses patients en leur prescrivant des lectures… ça me parle! Non mais! Que demander de mieux lorsqu’on est Bookivores comme je le suis!

Et puis…

Au fur et à mesure que j’avançais dans ma lecture, je décrochais… L'une des raisons pouvant - sans aucun doute - être en lien avec le personnage principal auquel je n'ai pu m'attacher. On croirait, en lisant la quatrième de couverture, que M. Uras donnerait un peu de pep et des couleurs uniques à son bibliothérapeutre, mais non. Malheureusement, quant à moi, il ne pouvait pas faire plus terne… Ce n’est pas compliqué, j’imaginais Alex habillé en pantalons corduroy bruns assortis à une chemise jaune moutarde… Tsé des pantalons légèrement trop courts qui laissent entrevoir des bas blancs peu attirants… Bref, pour moi, Alex fût un personnage qui ne me rejoignait pas du tout…

J’ai plus aimé les patients d’Alex par contre. Parmi eux, il y a Yann, un jeune garçon si seul et malheureux qui doit vivre dans une condition peut favorable à son épanouissement et Antony, le footballeur professionnel qui doit se fondre dans le moule et correspondre à ce qu’on attend d’un sportif professionnel connus de tous.

En leur compagnie, la lecture défile, il y a des dialogues, on est intéressé. Sauf que leur histoire est coupée par les pensées tristes, parfois difficiles à suivre et moins pertinentes d’Alex, et alors là, le temps devient long…

Et ATTENTION! Ce n’est pas parce que ce livre est moins venu me chercher que vous ne devez pas lui laisser sa chance. Je sais pertinemment que plusieurs lecteurs parlent de ce roman avec énormément d’enthousiasme et d’amour. Pour ma part, si la portion correspondant à la vie personnelle d’Alex avait été amené différemment ou si elle avait été un peu moins volumineuse, j’aurais probablement mis ma déception pour le personnage principal de côté et me serait laissée prendre au jeu, car le travail de ce jeune homme est tout simplement captivant et très original. La bibliothérapie est un concept que j’approuve à 100% et que j’utilise déjà, sans nécessairement le vouloir, sur mes amis et ma famille.

Bref, peut-être avais-je un peu trop d’attentes, mais bien que l’ensemble de l’histoire ne soit pas si mal, les pensées plutôt dépressives d’Alex qui prennent un énorme morceau de l’histoire et le fait que je n’ai pas du tout réussi à m’attacher au personnage d’Alex m’ont malheureusement fait totalement décrocher de cette lecture.

xx

Auteur : Michaël Uras
Éditions : Préludes
Parution : Octobre 2016
Pages : 376

Comme d'habitude, j'ai lu pendant des heures. Une overdose verbale. Les yeux explosés. Mal à la tête. Trop lire rend malade mais ne tue pas. J'en suis la preuve vivante. A-t-on déjà entendu parler d'un être humain mort d'avoir lu tout Zola en une semaine? Les textes de jeunesse, les nouvelles, les romans, le théâtre, la correspondance... non, on ne mourait pas de lire, on devenait juste un peu plus misanthrope.

De la mesure, voilà ce qu'il manquait parfois. Quand j'étais enfant, mes camarades venaient frapper à la porte de la maison cossue où nous logions. Je refusais de sortir pour jouer avec eux. Ma mère devenait folle. Pourquoi ne veut-il jamais sortir? Parce que je lisais. Et l'addiction s'est étendue. Il fallait tout lire, un désir impossible. Des journées entières à la bibliothèque municipale. La vie d'un reclus.

Extrait p.55

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Général

Commenter cet article