Ne t'inquiète pas pour moi

Publié le par MissDupont & Mlle Lambert

Maman, je suis allée au supermarché.
Regarde dans le frigo.
J'ai arrosé les plantes.
J'ai nettoyé la cage à Jeannot Lapin.
J'ai rangé le salon.
Et la cuisine.
Et j'ai fait la vaisselle aussi.
Je vais me coucher.
Ton esclave à domicile,
Claire.

 

Par le biais de Post-it sur le réfrigérateur, entre une mère et sa fille. Lorsque la mère tombe malade, le temps presse, mais l'espoir demeure.
Un livre comme un trésor qui chuchote à l'oreille l'importance de ceux qu'on aime...

L'avis de MissDupont :

 

Ce livre est venu me chercher dans mes sentiments pas rien qu'un peu.
Je ne sais pas si c'est parce que je suis maman et que j'en bave avec ma plus vieille dû à son trouble de comportement (je n'ai pas la belle relation que j'imaginais que j'aurais mettons ...c'est plutôt conflictuel) ou encore le fait que la maladie et le risque de deuil qui y est relié qui me touche personnellement... Mais cette correspondance entre la mère et la fille qui se croisent à peine - parce que l'on mène tous des vies de fou - et que finalement arrivera le jour où il est trop tard...

Oufff juste d'y repenser, j'ai les yeux pleins d'eau.

 

Un livre à lire avec la boîte de mouchoirs à proximité.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------

L'avis de Mlle Lambert :

Quand j’étais plus jeune et que je me disputais avec mes parents, ma mère me disait « ne part pas de la maison fâchée comme ça après nous… On ne sait pas ce qui peut arriver aujourd’hui et on s’en voudra toute notre vie s’il arrive quelque chose à l’un d’entre nous alors qu’on est parti sans s’être réconciliés et sans s’être dit Je t’aime. »

Ce livre m’a un peu fait le même effet que cette fameuse phrase qui m’a marqué pendant toutes ces années. Ne t’inquiète pas pour moi, c’est 1h30 de lecture qu’il est totalement impossible de terminer sans verser quelques larmes.

Pour ma part, ce roman est totalement venu me chercher. Il m’a remémoré certains moments de ma vie et je l’ai terminé en pleurant à chaudes larmes sans pouvoir me retenir.

Contrairement à Miss Dupont, j’ai lu ce roman en me projetant plus du côté de Claire que de sa mère étant donné que je ne suis pas encore maman. Ce livre m’a rappelé mes années d’université où j’habitais encore chez mes parents. Nous vivions dans la même maison et pourtant nous ne nous voyions guère plus qu’aujourd’hui alors que je suis en appartement. Je partais très tôt et revenais très tard (je voyageais Ste-Agathe – Montréal plusieurs fois par semaine). Et quand je n’étais pas à l’école et que je n’avais pas la tête dans mes livres, j’étais avec mes amis.

Bref, étant très proches de ma famille, nous avions l’habitude, comme Claire et sa maman, de s’écrire des petits mots (chez moi c’était plutôt des petites feuilles sur le comptoir) les jours où nous n’avions pas la chance de nous croiser. Et donc, ce roman m’a rappelé toutes ces journées où je m’ennuyais, où il manquait une grande partie dans ma vie, mais où je pensais à mon avenir avant tout…

Sachez que le temps est une denrée rare et que chacun a son propre lot de problèmes. Il est important de trouver du temps pour ceux qu’on aime, car, bien que nous soyons tous ultra occupés, la vie continue et le temps s’écoule…

xx

Éditions de la chronique de MissDupont :
Auteure: Alice Kuipers
Éditions: Albin Michel
Parution: Mai 2008
Pages: 242

Éditions de la chronique de Mlle Lambert :
Auteure: Alice Kuipers
Éditions: Albin Michel
Parution: Février 2014
Pages: 243

Claire,
Je vais passer encore quelques nuits à l’hôpital. Gina m’a emmenée ici avec sa voiture pour que je prenne quelques affaires. Peux-tu nettoyer la cage de Jeannot avant de venir, ce soir ? Il m’a l’air un peu délaissé.
Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, mais je sais que tu t’en sortiras bien.
Je n’aurais pas pu avoir de fille plus fabuleuse.
Je t’aime,
Maman

Extrait du roman

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Lu par MissDupont le 25 Juillet 2015
Lu par Mlle Lambert le 3 Mars 2017

Publié dans Épistolaire, Contemporain

Commenter cet article