Violence à l'origine

Publié le par MissDupont

Violence à l'origine

Auteur: Martin Michaud
Éditions: Goelette
Parution: Novembre 2014
Pages: 456

Quatrième de couverture:

Responsable de la section des crimes majeurs en l'absence de son supérieur, le sergent-détective Victor Lessard se voit confier la mission d'enquêter sur la mort d'un haut gradé du SPVM dont on a retrouvé la tête dans un conteneur à déchets. Formé du jeune Loïc Blouin-Dubois, de l'inimitable Jacinthe Taillon et de Nadja Fernandez, avec qui Victor partage sa vie, le groupe d'enquête qu'il dirige doit faire vite, car l'assassin a laissé un message qui annonce de nouvelles victimes. Confronté à un tueur particulièrement retors, qui peint de lugubres graffitis sur le lieu de ses meurtres et évoque un curieux personnage surnommé le "Père Noël", pressé d'obtenir des résultats rapides par sa hiérarchie sans pour autant recevoir l'appui nécessaire, Victor Lessard s'entête envers et contre tout à résoudre "l'affaire du Graffiteur", dédale inextricable d'une noirceur absolue qui ravivera les meurtrissures de son âme, ébranlera ses convictions les plus profondes et les mènera au bord du gouffre.

L'avis de MissDupont:

Amateur de polar... celui-ci est pour vous! Je suis une grande fan de Martin Michaud! Mais vraiment là!!

Tous ses romans sont divins, je vous présente ici son plus récent...
On retrouve dans ce livre-ci, notre enquêteur bien-aimé: Victor Lessard! Le culot dont il fait preuve dans ce tome... j'ai adoré! Et que dire de son acolyte, Jacinthe, qu’il me fut un plaisir de retrouver avec sa personnalité bien à elle et ses répliques mordantes. On ne la veut pas autrement! Bref, un duo du tonnerre!

Le récit m'a tenu en haleine du début à la fin tant l'histoire était captivante (malgré le fait que Martin traite d'une réalité que l’on préfèrerait ne pas voir exister dans notre monde).

Un roman à lire absolument... particulièrement si vous ne connaissez pas encore cet auteur!

On dit que l'humain est la seule créature du règne animal qui prend plaisir à tuer ses congénères. On voudrait nous faire croire le contraire, mais il s'agit précisément là de la nature humaine. Cessez de vous obliger chaque jour à de nouveaux renoncements pulsionnels. Peu importe la situation, il y aura toujours un prédateur et une proie. Cessez de croire que vos actes vous refoulent hors de l'humanité ou qu'il reste chez vous quelque chose d'avant la chute. Vous ne pouvez échapper votre nature profonde. Certains d'entre nous doivent tuer pour survivre.

Extrait du roman

Publié dans LittQc, Polar

Commenter cet article