M'étendre sur l'asphalte

Publié le par MissDupont

En 1982, Julie a douze ans. Fan finie de Starmania, de Diane Dufresne et de David Bowie, elle mène une vie paisible dans une banlieue rurale de la Rive-Sud enclavée entre montagne, raffinerie et rivière. Son univers bascule quand elle éprouve un premier grand chagrin à la suite de la mort tragique d’un ami et un premier grand amour avec un garçon trop vieux pour elle. Ces deux événements marquants lui feront perdre ses repères et l’innocence de l’enfance, au moment où elle s’apprête à entrer au secondaire.

Dans M’étendre sur l’asphalte, Julie Bosman invite les lecteurs et les lectrices d’aujourd’hui à la suivre dans cette traversée de l’adolescence qui ne se fait pas sans heurts, ni en 1982 ni maintenant.

L'avis de MissDupont : 

 

Ayayaye

J'ai des frissons. Cette impression que le temps s'est arrêté. Je suis en suspension dans l'air,  hors du temps, face au drame qui vient de tomber.

 

M'étendre sur l'asphalte c'est un peu comme un doux retour à l'enfance. On revit nos années 80 avec nostalgie (pour ceux qui sont nés à cette époque-là, évidemment), on repense à nos premières fois, mais on se dit aussi : "À quel moment ai-je arrêté de profiter de la vie avec toute la naïveté de l'enfance?".

 

Tellement de similitudes existent entre la jeunesse de Julie et la mienne (et sans doute la vôtre) que j'ai eu l'impression d'être tombée sur un journal intime que j'aurais écrit jadis. Un extraordinaire roman d'apprentissage qui offre un fabuleux voyage dans le temps aux adultes, tout en étant d'actualité pour la jeunesse d'aujourd'hui en raison des sujets abordés!

Auteure : Julie Bosman
Éditions : Leméac
Parution : Septembre 2018
Pages : 201

Il me semble que les choses les plus importantes sont toujours les plus difficiles à dire. Et, quand on arrive à les dire, les mots dits ne donnent pas la mesure de ce qu'on ressent ou rendent trop réel ce qu'on vit. Parler, c'est risqué. Souvent, je préfère tout enfouir bien loin à l'intérieur. Fermer la bouche et ravaler.

Extrait p. 46

Crédit Photo : Bookivores

Crédit Photo : Bookivores

Publié dans Jeunesse, LittQc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article