Furiously Happy

Publié le par Mlle Lambert

«Cher lecteur ou lectrice,
En cet instant, vous tenez ce livre entre vos mains et vous vous demandez si cela vaut le coup de le lire. Probablement pas. Mais il y a un billet caché dans la reliure, donc, si j’étais vous, je foncerais à la caisse pour l’acheter avant que votre libraire ne s’en aperçoive.
Je vous en prie, inutile de me remercier.
Ce livre s’intitule Furiously Happy – Chroniques désopilantes sur des choses qui le sont moins. Ce n’est pas qu’un titre, mais également un petit quelque chose qui m’a sauvé la vie.»

Comme de nombreux proches de l’auteur, vous vous dites : « Qu’est-ce qui cloche chez Jenny? » D’après les divers psys qu’elle a consultés au cours des vingt dernières années, Jenny est une « dépressive hautement fonctionnelle qui souffre d’un grave trouble de l’anxiété ». Un jour, elle décide d’inverser la polarité de ses émotions, et de devenir FURIOUSLY HAPPY.

Née de cette volonté de célébrer la vie, et la fantaisie sous toutes les formes, sa philosophie a déjà conquis des milliers de lecteurs à travers le monde!

L'avis de Mlle Lambert : 

Dès les premières phrases de ce livre, j’étais complètement accrochée! Tsé quand l’auteure, dès le premier paragraphe, vous incite à fermer son livre et à ne pas en lire davantage, on sait que ce livre ne sera pas ordinaire.

Malheureusement… je ne sais pas si c’est parce que la maladie mentale ne fait pas partie de mon quotidien, mais les chroniques de Jenny Larson m’ont laissé, pour la plupart, plutôt indifférente… À de nombreuses reprises, je me suis fait la réflexion que les gens qui côtoyaient certains de ces troubles, à petite ou grande échelle, trouveraient échos dans ces lignes et que ce livre leur ferait probablement un bien fou. Malheureusement pour moi, les anecdotes de l’auteure ne sont pas vraiment venues me chercher…

ET POURTANT!
J’ai lu tellement d’avis positifs et élogieux concernant ce roman! Je m’attendais à une bombe. Un livre que je ne voudrais plus poser. Que je garderais à portée de main pour pouvoir en lire un extrait quand les journées se feraient plus grises et maussades. Alors là, je me sens toute à l’envers de vous dire que je n’ai pas apprécié plus que ça…

Il faut dire que j’ai beaucoup aimé Jenny. Elle ne se prend pas du tout au sérieux et accepte ses troubles à 100%. Pour cela, je l’ai trouvé très inspirante. Seulement, je ne me suis pas vraiment sentie interpellée par ses anecdotes.

xx

Auteure : Jenny Lawson
Éditions : Fleuve
Parution : Avril 2017
Pages : 339

Je suis depuis toujours d’un naturel anxieux, à des degrés ridicules. Mon plus ancien souvenir d’école est celui d’une sortie pédagogique dans un hôpital : lorsqu’un médecin avait fait apparaître des échantillons de sang, je m’étais évanouie et effondrée contre des piles de bassins hygiéniques (vides, heureusement). D’après mes camarades présents, un professeur avait dit : « Ignorez-la. Elle veut juste faire son intéressante. » Puis ma tête avait commencé à saigner et le médecin avait brisé une ampoule d’ammoniaque sous mes narines, ce qui revient plus ou moins à vous faire casser la figure par le poing invisible d’une boule puante.

Franchement, je ne savais pas pourquoi je m’étais évanouie. Ce jour-là, je ne me sentais pas plus angoissée que d’habitude, mais mon inconscient était apparemment si terrorisé qu’il avait décidé que mon seul moyen d’être en sécurité serait de m’endormir là, tout de suite, par terre, au milieu d’un éboulis de bassins hygiéniques. Ce qui montre assez bien que mon corps est un imbécile, car une narcolepsie forcée est la pire défense qui soit. Faire le mort, comme des opossums, n’est utile qu’en présence d’ours qui essaient de vous manger. Apparemment, si un être humaine s’allonge devant eux sans bouger, les ours se disent : « Je l’attaque, et elle pique un roupillon? Houlà, ce doit être une dure à cuire. Mieux vaut ne pas lui chercher des poux.

Extrait p.29

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article