Quelque part entre toi et moi

Publié le par Mlle Lambert

Eve aime Louis. Louis aime Eve. La formule est simple, sauf que.
Sauf que le quotidien prend le dessus.
Sauf qu’Eve est atteinte d’un trouble obsessionnel-compulsif qui rend leur vie commune parfois impossible.
Sauf que plus rien n’est comme avant.
À court d’idées et à bout de patience, Eve propose un jour à Louis de faire appartement à part. Est-ce le début de la fin? Qu’arrivera-t-il quand la tentation les mettra à l’épreuve?

L'avis de Mlle Lambert :

Ceci est une histoire d’amour, oui.
Mais ce n’est pas une histoire d’amour comme les autres.
C’est l’histoire d’un amour compliqué, obsessionnel et ravageur.

Quelque part entre toi et moi est une histoire d’amour qui se distingue des autres. C’est une romance… à ne pas confondre avec un roman à l’eau de rose. C’est une histoire d’amour compliquée où la fille, Eve, a un gros trouble obsessionnel-compulsif. Cela complique grandement les relations des gens atteint de ce trouble si souvent jugé. Ce tourment vécu par l’un des deux personnages principaux sort de l’ordinaire et rend l’histoire plus profonde. Ce petit quelque chose de plus qui fait qu’on se souvient bien d’un livre malgré les années qui passent… on le retrouve ici.

Annie Quintin nous offre ici un roman drôle et profond à la fois. Un roman qui démontre bien qu’aucune relation n’est parfaite. Qu’on fait tous son lot d’erreur et qu’on doit apprendre à vivre avec nos faiblesses.

Petit coup de cœur pour la grand-mère d’Eve… ;) La bonté et la joie incarnée! Je crois que c’est le personnage que j’ai le plus aimé dans cette histoire!

xx

Auteure : Annie Quintin
Éditions : VLB Éditeur
Parution : Mars 2017
Pages : 282 

EVE
Comment est-ce qu’on a pu en arriver là, Louis et moi?
Plier les lingettes. Repasser les lingettes. Replier les lingettes. Aligner les lingettes.
Ouvrir le garde-manger. Replacer soigneusement toutes les boîtes de conserve. Aligner. Pour qu’il y ait parfaite symétrie, il faut un axe. Il faut que les conserves soient de la même variété, en nombre impair.
Il faut. Il faut. Il faut. Mes compulsions débordent de il faut.
Ne pas arriver à créer l’alignement parfait.
Recommencer.
Sentir l’angoisse qui grimpe et qui pousse à recommencer. Faire taire le monstre. Ça va aller. Ça va aller.
Refermer la porte.
C’est stupide. C’est absurde. C’est anodin. C’est n’importe quoi..
M’éloigner du garde-manger. Revenir sur mes pas.
Ouvrir la porte. Constater l’asymétrie de mon rangement. Sortir toutes les boîtes de conserve une à la fois.
Inspirer profondément. Expirer tout aussi profondément. Me calmer. Essayer, vraiment, de me calmer. Espérer que mon petit rituel va enfin m’apaiser.
Recommencer.
Placer soigneusement chaque boîte de conserve et me dire que c’est la dernière fois, qu’après ce sera OK, bien rangé, pas parfait forcément, mais juste assez OK.
Procéder lentement. Fixer mon idée sur autre chose pour minimiser l’angoisse. Me dire que c’est stupide, tellement stupide d’aligner les foutues boîtes de conserve. Réussir à penser à autre chose. Avoir le cerveau ailleurs. Revenir à ce que je fais et constater que vraiment, ça n’y est pas du tout.
Tout sortir avec des larmes plein les yeux.
Recommencer.

Extrait p.33

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Romance, LittQc

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article