Je te vois

Publié le par Mlle Lambert

Tu fais la même chose tous les jours.
Quelqu’un d’autre le sait.

Comme des milliers de Londoniens, Zoe Walker emprunte quotidiennement le même métro, monte dans le même wagon, descend à la même station… Mais un matin, dans le journal, elle découvre sa photo dans les petites annonces, sous l’adresse d’un site Internet. Qui a pris ce cliché à son insu? Dans quel but? Et puis, est-ce bien elle? Sa famille n’en est guère convaincue.

Zoe ne va trouver qu’une seule oreille attentive : celle de Kelly Swift, un agent de la police du métro. Car une succession d’incidents étranges, qui paraissent culminer dans un meurtre, persuade Kelly que quelqu’un joue au chat et à la souris avec les passagères et surveille le moindre de leurs faits et gestes.

Chacune de leur côté, les deux femmes vont lutter contre cet ennemi invisible et omniprésent.

L'avis de Mlle Lambert :

Un suspense incroyable.
Stressant et inquiétant.

L’auteure joue avec les battements de notre cœur. En un instant, ceux-ci deviennent rapides et notre rythme cardiaque monte en flèche.

Avec le « prédateur », le « traqueur », qui est omniprésent… On le sent… il est là à guetter… Ces petites bribes où il s’adresse directement au lecteur m’ont donné froid dans le dos…

Je te vois est le genre de thriller qu’on ne peut s’empêcher de dévorer d’une traite. Une inquiétude persistante, des personnages louches, des fins de chapitres plus qu’intrigantes… Bref, tout est là pour nous faire douter et frissonner… pour nous accrocher complètement à l’histoire.

Et alors qu’on pense que l’angoisse est à son comble, celle-ci monte d’un cran, faisant tambouriner le cœur du lecteur.

Pour vous donner une idée de la tension ressentie, ce roman a fait ressurgir une ancienne habitude. Il m’a fallu des années de travail pour réussir à la rayer de ma vie et voilà que, l’espace d’un roman, j’ai malheureusement retombée dans ma mauvaise habitude. J’étais tellement stressée que je me suis rongée tous les ongles…

Et la fin… elle m’a fait déblatérer et trembler pendant quelques minutes après avoir fermé le livre. Elle est tellement intense et troublante qu’elle m’a tenue éveillée jusqu’aux petites heures du matin. Hors de question de me coucher sans connaître la fin!

C’est le genre de livre qui réussit à nous surprendre jusqu’à la toute dernière phrase… littéralement.

xx

Auteure : Clare Mackintosh
Éditions : Marabout
Parution : Avril 2017
Pages : 446

À quelle vitesse peux-tu courir?
Quand tu n’as pas le choix?
Avec tes talons et ta jupe cintrée, avec ton sac qui te heurte les côtes : à quelle vitesse?
Quand tu es en retard pour prendre ton train et que tu dois rentrer chez toi, que tu traverses le quai au pas de course avec quelques secondes devant toi : à quelle vitesse peux-tu courir?

Et si ce n’est pas pour attraper un train que tu cours, mais parce que ta vie en dépend?

Imagine que tu rentres tard du travail et qu’il n’y a pas âme qui vive. Tu n’as pas rechargé ton téléphone et personne ne sait où tu es. Les pas derrière toi se rapprochent et tu sais, parce que ça t’arrive tous les jours, que tu es seule; qu’entre le quai et la sortie, tu ne verras personne.
Tu sens un souffle sur ta nuque et la panique te gagne, il fait noir, il fait froid, il pleut.

Vous êtes seuls, tous les deux.
Toi et celui qui te suit.
Celui qui te traque.
À quelle vitesse pourrais-tu courir dans ce cas?

Qu’importe la vitesse.
Parce qu’il y a toujours quelqu’un qui court plus vite que toi.

Extrait p.107

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Thriller

Commenter cet article