De la confiture aux cochons

Publié le par MissDupont

Ce que j’ai abandonné derrière moi cette nuit-là laisserait une partie de mon corps navré, à tout jamais. À ce moment, j’ignorais que la possibilité de vivre avec un restant d’angoisse toujours prêt à m’agresser pouvait exister. Mais ce quelque chose de piquant à l’intérieur de la poitrine et cette ombre ramassée dans la mémoire allaient demeurer là. Ç’aura pris du temps avant de commencer, ne serait-ce qu’un tout petit peu, à me souvenir. Quand rien ne se confond avec rien. Quand démêler le chaos devient l’ultime projet de chaque jour qui s’amorce.

Madeleine se retrouve au milieu d'une route déserte, passé les lignes américaines, les mains tachées de sang. Elle ne se souvient de rien. Élyse rentre travailler à la taverne et s'inquiète de n'avoir aucune nouvelle de son amie Simone, partie quatre jours auparavant à New York avec le besoin de faire le deuil de sa mère. Les deux disparues découvriront bientôt à quel point leurs destins sont liés.

L'avis de MissDupont:

Je suis choyée ces derniers temps, je tombe sur pleins d'excellents romans et ce sixième romans de Véronique Marcotte en est tout un.

Imaginez un récit, écrit au "Je", qui démarre au milieu de nul part, le long d'une route... vous ne vous souvenez de rien, vous êtes drôlement amochée et vos mains sont pleines de sang. Est-ce le vôtre ? Avez-vous tué quelqu'un ?  Impossible pour le moment d'avoir la certitude sur quoi que ce soit. Votre subconscient vous indique simplement qui vous croyez être et où vous comptiez vous rendre.

Dès la première page, le suspense nous hâpe et notre soif de savoir nous empêche de déposer le livre. Au fil des chapitres, le mystère s'estompe peu à peu, les réponses nous arrivent tout doucement, nous permettant de relier les différents personnages attachants qui campent le roman.

Un roman sensationnel où prônent merveilleusement l'amitié et le deuil. Une histoire emplie d'humanité et de solidarité qui, à la toute fin, vient nous frapper direct en plein coeur alors qu'on prend soin de porter une légère attention aux remerciements de l'auteure.

À lire !!

Auteure : Véronique Marcotte
Éditions : Québec Amérique
Éditions : Mars 2017
Pages : 191

Quand avais-je prononcé le mot "maman" pour la dernière fois? Est-ce que quelqu'un me cherchait? Est-ce que ma mère me cherchait? Ma mère... J'avais une mère. Je sentais sa présence. Je deviens folle.

Extrait p.70

Crédit Photo : Bookivores

Crédit Photo : Bookivores

Publié dans Drame, Suspense, LittQc

Commenter cet article