Le dernier qui sort éteint la lumière

Publié le par Mlle Lambert

Arnold et Alia sont jumeaux et vivent avec leurs deux pères qui s'aiment. Tandis qu'Arnold préfère ne pas être remarqué et dessine discrètement des superhéros musclés, Alia parle haut et fort de sa famille particulière. À l'approche de leur treizième anniversaire, leurs pères entreprennent d'écrire 13 lettres qui dévoileront lequel des deux est le père biologique. Au fil des aléas du quotidien, de leurs déductions concernant leur génétique et des émissions de télévision qu'ils ne veulent pas manquer, les jumeaux découvrent que l'histoire d'amour réelle de leur famille vaut bien celles qu'ils écoutent compulsivement à la télé.

L'avis de Mlle Lambert :

Pour moi, lire un roman de Simon Boulerice, c’est comme retrouver son pyjama et ses pantoufles après une dure journée de travail. Un petit sourire au coin des lèvres, je plonge dans ses histoires et j'oublie tout ce qui se passe autour.

Personnellement, j’adore la personnalité très colorée de l’auteur et celle-ci transperce énormément à travers ses romans et ses histoires uniques. Le dernier qui sort éteint la lumière est donc vraiment très drôle et divertissant… une histoire touchante qui fait sourire. Et cet auteur prolifique a le don de rendre ses personnages follement attachants! La famille Morin-Aubert est tout simplement fabuleuse!

J’ai aussi beaucoup aimé la façon dont Simon amène le sujet de l’homoparentalité dans son roman. Car cette homoparentalité est souvent beaucoup plus difficile à vivre pour les enfants que pour les parents qui, eux, ont décidé de s’assumer dans leur décision. Ici, l’auteur expose deux facettes bien différentes à la question suivante : « Comment vivre au quotidien avec deux papas? » À la maison, c’est bien normal et tout le monde est heureux. Mais qu’en est-il du regard des autres? Surtout lors de l’enfance et de l’adolescence où l’on veut, souvent à tout prix, se faire accepter et s’intégrer notre groupe d’amis. On a donc, dans ce roman, Arnold, qui reste plutôt vague et discret quand à sa vie à la maison et Alia, sa jumelle, qui parle de ses deux papas comme d’une banalité. Deux façons de vivre avec leur « différence » (si on peut appeler ça comme ça).

Finalement, je terminerais sur deux mots :

À lire!

Et relire…

Et relire ENCORE! ;)

xx

Auteur : Simon Boulerice
Éditions : Québec Amérique
Parution : Mars 2017
Pages : 211

La semaine passée, Alia m'a fait réaliser que nous connaissons le coup de foudre de plein de vedette instantanées, mais que nous ignorons celui des deux personnes qui vivent sous notre propre toit: nos papas! Elle m'a dit quelque chose comme: "Arnold, tu trouves pas ça bizarre qu'on sache comment Charles et Nathalie de L'amour est dans le spa se sont rencontré, mais qu'on sache pas comment Édouard et Julien se sont connus?" Ça m'a donné un petit coup, sérieux.

Samedi dernier, en plein souper, nous avons voulu remédier à ce mystère en interrogeant nos papas. Mais plutôt que de nous répondre spontanément, ils se sont consultés du regard, amusés, et sont allés se réfugier dans la salle de jeux, en prenant bien soin de garder la porte fermée. Alia et moi, tout ce que nous faisions, c'était froncer les sourcils en avalant nos raviolis sauve tomate. Nous étions totalement déroutés par l'attitude de grands cachotiers de nos papas. Ils sont revenus au bout de dix minutes et nous ont exposé leur projet.

Extrait p.15

Crédit Photo : Bookivores

Crédit Photo : Bookivores

Publié dans Jeunesse, LittQc

Commenter cet article