Le règne du scorpion : La paralysie du Cygne

Publié le par Mlle Lambert

Greta Stuart n’est plus otage. Elle n’est plus princesse héritières de la Confédération panpolaire. Elle n’est même plus humaine. Afin de sauver sa vie et celle de ses amis, elle a accepté de devenir une intelligence artificielle, la première depuis près d’un siècle. Mais ce choix a un prix… Le corps de la jeune fille ne supportera pas longtemps cette transformation. Bientôt, elle devra l’abandonner pour prendre possession de celui d’un Cygne, ces êtres moitié soldats, moitié messagers qui vénèrent Talis, l’intelligence artificielle qui règne sur la planète.

Mais tandis qu’elle chevauche à travers des étendues glaciales et désertiques, aux côtés de Talis et de deux de ses serviteurs, Greta est rattrapée par son passé. Une révolte gronde : le peuple panpolaire semble bien décidé à arracher sa princesse des mains du maître du monde… quitte à la tuer. Et parmi les rebelles, Eliàn, le garçon qu’elle a sauvé, celui qui lui a ouvert les yeux et qui rêve de changer le monde. Greta saura-t-elle maîtriser sa nouvelle nature et empêcher un cataclysme de se produire?

L'avis de Mlle Lambert :

Le premier tome ayant paru plusieurs mois auparavant, je ne me souvenais pas entièrement de toute l’histoire. Cependant, je me souvenais bien à quel point j’avais été intriguée par Talis, dont on ne sait pas grand-chose dans ce premier tome. Quelle ne fût donc pas ma réaction lorsque, dès les première pages, je me retrouvais directement dans ses pensées. La joie!

Seulement, mon enthousiasme s’évaporait tranquillement au fur et à mesure que je progressais dans l’histoire… Premièrement, la transformation de Greta en I.A. (intelligence artificielle) se fait très lentement. Voir les différences au fur et à mesure est très intéressant, mais j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs, et ce, dès le départ. On ne sait pas trop dans quel but l’auteure nous raconte tout ça…

 

Ensuite, on en apprend beaucoup plus sur Talis, ce qui n’a pas manqué de me ravir, mais j’ai trouvé très dommage de ne pas retrouver les autres jeunes du préceptorat (les amis de Greta) dans ce tome… Même pas un peu! Excepté pour Eliàn, on n’a aucune idée de ce qu’ils deviennent.

Bref, j’avais beaucoup aimé le premier tome; la vie de Greta et ses amis au préceptorat et l’ambiance stressante où les cygnes peuvent arriver à tout moment pour tuer l’un d’entre eux. Mais j’ai légèrement été déçue par sa suite. Mise à part Talis, Greta et Eliàn qui proviennent du premier tome et le fait qu’ils sont dans le même univers (intelligence artificielles, cygnes, préceptorats, etc.), ce tome-ci aurait pu être un tout autre livre, sans avoir de liens avec le premier tome tellement il est différent.

En sachant tout ça, je crois que vous pourrez commencer à lire ce deuxième tome sans trop d’attente et ainsi être en mesure de l’apprécier davantage ;)

Bonne lecture!
xx

Auteure : Erin Bow
Éditions : Les Mâlins
Parution : Février 2017
Pages : 425

Le moitié de ses sens s’étaient tout simplement éteints. Infrarouge, ultraviolet, ultrasons… le joyeux brouhaha du monde électronique, les profondeurs et les couches époustouflantes du monde des données, disparus. Sa mémoire découpée comme un flocon de neige en papier – si, depuis la naissance de Greta, il n’avait pas autant bousculé son propre historique dans son esprit, il ne serait rien resté de lui.
Et en l’état… il en restait assez. Il accusa durement la perte – il aurait été moins cruel de le rendre aveugle – mais il conservait assez de sa personnalité. Ou du moins le pensa-t-il, un instant. Il avait poussé un petit geignement, qui avait arraché un léger sourire à Sri : les éléments attendus du spectacle. Car c’est bien ainsi qu’il l’envisageait. Il pensait même qu’il pourrait le jouer. Mais, ensuite, il avait retiré le couteau de son torse.
Et soudain, il avait eu besoin d’air, sans parvenir à en inspirer. Il se débrouillait plutôt bien pour ignorer la douleur, mais ce type de détresse ne correspondait pas tout à fait à de la douleur et s’avérait impératif.
Le corps avait besoin d’air. Et soudain, ce corps lui appartenait… non, il était ce corps. Il faisait corps avec son organisme. Il était humain.
D’un seul coup de couteau, ils l’avaient rendu humain.

Extrait p.150

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Science-Fiction

Commenter cet article