Quand l'amour change d'adresse

Publié le par Mlle Lambert

Six jeunes trentenaires composent une gang qui s’aime, parfois d’amour, parfois d’amitié. Mais, lorsqu’un couple se brise, qu’un autre se forme et que des rénovations forcent certains à trouver refuge ailleurs, on peut s’attendre à ce que le chaos naisse rapidement. Et on ne sera pas déçu!

Les ménages se déchirent et deux clans sont créés. Les filles s’approprient le deuxième étage d’un duplex, et les gars se rassemblent dans un shack au bord de l’eau. À partir de là, tous les moyens sont bons pour passer le temps et rafistoler les cœurs brisés. Alors que les filles se lancent corps et âme dans le travail, le potinage et les manigances, les gars sortent les marteaux, les casseroles et la PlayStation.

En amour comme à la guerre,
tous les coups sont permis.

Voilà le dicton que nos six amis appliqueront à la lettre! À travers les rires, les pleurs (et les insultes, évidemment), leurs relations seront mises à rude épreuve. Mais une chose continuera de les unir : la folle envie de retrouver l’amour, peu importe son adresse…

L'avis de Mlle Lambert :

Une chick-lit sous forme de roman choral, alors qu’on se retrouve dans la tête de chacun des personnages - tous plus particuliers les uns que les autres - rend le tout unique, drôle et original. Pour vous donner une idée, il y a Patrice, le facteur échevelé, traineux et nostalgique; Jade, étudiante en arts, glamour et endettée; JB, l’ancienne rock-star française de six pieds quatre; Sophie, la rockeuse propriétaire d’une friperie; Étienne, le bel urbaniste à cravate; Marianne, la ténébreuse organisatrice de festivals et Juliette, la stagiaire rousse tombée du ciel.

J’ai beaucoup aimé le ton léger du roman (ça va de soi avec une chick-lit), mais aussi le caractère très original de l’histoire qui se démarque des autres de sa catégorie. Cependant, j’ai trouvé que le fait qu’on se retrouve en alternance dans la tête de l’un ou l’autre des personnages enlevait un peu de profondeur à l’histoire. On est beaucoup dans l’action. Tout se déroule très vite et on va peu au fond des choses selon moi.

Bien que l’intrigue manque un peu de profondeur et de suspense à mon goût, Quand l’amour change d’adresse est le premier roman que je lis de cette auteure. Il m’est donc difficile de comparer avec les autres romans à succès qu’elle a écrit. Ce fût néanmoins un bon moment de lecture! Son roman Robe soleil et bottes de pluie attend dans ma bibliothèque depuis quelques temps déjà et je le lirai sans aucun doute très prochainement!

xx

Auteure : Johanne Pronovost
Éditions : De Mortagne
Parution : Janvier 2017
Pages : 310

- JAAAADE! hurle Sophie à l’intérieur de la salle de bain.

Dans le corridor, on stoppe notre conversation, puis Jade répond :

* QUOI?

* JE PEUX-TU T’EMPRUNTER UN KOTEX?

Tout à coup, je comprends mieux pourquoi Sophie est bête « exposant mille », mais j’ai quand même besoin de me parler pour ne pas paniquer : Du calme mon Pat! T’as du poil sur le chest! Tu PEUX survivre à Sophie Trahan dans sa semaine!

* BEN OUI! SERS-TOI! réplique Jade, tout sourire.

Marianne s’immisce alors dans la conversation :

* Ah! Moi aussi, faudrait que je t’en emprunte un. Je suis toute « décyclée », annonce-t-elle, un peu piteuse, en se tenant le ventre.

Ok… Les boutons sur le front et le bourrage de Party Mix d’hier s’expliquent! Je pensais que c’était à cause de sa peine d’amour. Mais non! Hiiii… deux sur trois. Je commence à shaker. J’ai comme le goût de m’enfuir en courant, mais je m’accroche à l’espoir que je pourrais finir par me retrouver seul dans l’appart quelques heures, avec ma blonde, pour faire des cochonneries.

Sous mon nez, Jade se dépêche de consoler son amie en la prenant dans ses bras.

* Pauvre petite chérie! s'exclame-t-elle sur un ton réconfortant. On est solidaires jusque dans nos règles. Moi aussi, ç’a débuté ce matin!

QUOI!?! Les trois en même temps!? NON! Là, Roger Bontemps, il est compréhensif, mais il n’est pas maso par exemple!

Extrait p.73

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans LittQc, Chick-Lit

Commenter cet article