Marquer les ombres

Publié le par Mlle Lambert

« Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un « don », un pouvoir unique.

Cyras, sœur du tyran qui gouverne les Shotet, et Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables.

Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider… ou décider de se détruire. »

L'avis de Mlle Lambert :

Plusieurs lecteurs m’avaient fait le commentaire qu’ils n’avaient pas réussi à embarquer dans l’histoire. Que contrairement à la série Divergence, dès les premières pages on était perdu et on n’arrivait pas à suivre, car le monde dans lequel on nous projette est trop fictif et très peu expliqué.

Pour ma part, j’avais vraiment flashé sur la belle couverture du roman et j’avais adoré l’auteure lors de ma lecture de la série Divergence. J’ai donc décidé de tenter le coup et, malgré les commentaires reçus, j’étais pratiquement certaine d’aimer cette nouvelle histoire.

Je suis donc bien triste aujourd’hui de vous annoncer que les critiques se sont révélées plutôt justes (à mon avis).

Au début, je trouvais intéressant de me retrouver dans la tête de deux jeunes de clans ennemis depuis toujours. N’ayant pas encore l’expérience du monde extérieur, ils sont conditionnés à penser comme les adultes qui les entourent. Qui sont les méchants? Comment ça s’est passé? Ils n’ont même pas la chance de se poser la question. Une réponse toute faite leur est répétée depuis leur plus jeune âge.

Mais l’histoire est longue à démarrer… et additionnée aux éléments de sciences fiction qui m’ont donné du fil à retorde pour embarquer dans l’histoire… je vous avoue qu’à un moment donné, j’ai décrochée et mis ma lecture de côté pendant plusieurs jours.

Une fois que je m’y suis remise, j’ai encore eu beaucoup de difficultés à passer au travers cette brique de près de 500 pages. J’avais besoin d’assez d’efforts et d’une bonne concentration pour lire et comprendre ce que l’auteure me racontait et je crois que c’est ce qui a déplu à plusieurs lecteurs. Car, pour beaucoup, la lecture est associée à un moment de détente qui nous permet de décrocher du quotidien, alors que là c’était plutôt ardu.

Bref, je ne suggérerais pas ce roman à quelqu'un qui souhaite découvrir et commencer à lire de la science-fiction. Cependant, je continue à trouver que Veronica Roth a une très belle façon d’écrire et je crois que les lecteurs habitués à ce genre de roman seront ravis de s’y plonger. Disons seulement que, pour moi qui ne lis pas énormément de science-fiction, j’ai trouvé trop difficile de m’adapter aux nombreux éléments caractéristiques à ce genre littéraire pour bien profiter de l’histoire.

xx

Auteure : Veronica Roth
Éditions : AdA
Parution : Janvier 2017
Pages : 475

Puis, se penchant à l’oreille d’Akos, il ajouta :
- Bien sûr, tu ne devras jamais oublier qui dirige cette maison.
Akos ne réagit pas, mais une expression de dégoût passa sur son visage.
Je me redressai, en veillant à garder ma main sur celle d’Akos, même si je n’arrivais toujours pas à le regarder dans les yeux. C’était comme s’il était entré pendant que je me changeais; il en avait vu plus que je ne laissais jamais personne le faire.
Il se releva en suivant mon mouvement. Malgré ma haute taille, je ne lui arrivas qu’au niveau du nez.
- Et qu’est-on censés faire? demandais-je. Nous ternir la main partout où nous irons? Que vont penser les gens?
- Ils penseront que c’est un domestique, répliqua Ryzek. Parce que c’en est un.
Mon frère fit un pas vers moi en levant la main. Dans un mouvement de recul, je m’écartai vivement d’Akos et les vrilles noires m’envahirent de plus belle.
- Détecterais-je de l’ingratitude dans ta réaction? reprit Ryzek. N’apprécies-tu pas à leur juste valeur les efforts que je fais pour assurer ton confort, et ce à quoi je renonce en t’offrant comme compagnon permanent un serviteur qui m’est aussi destiné?
- Si. Merci, Ryzek.
Je devais veiller à ne pas l’irriter. La dernière chose que je souhaitais était de voir de nouveaux souvenirs de mon frère venir remplacer les miens.

Extrait p.93

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Science-Fiction

Commenter cet article