L'enlèvement

Publié le par MissDupont

Janvier 1984, Montréal.

À la sortie de l'école, Véronique Rocheleau est abordée par un homme qui prétend la connaître. Convaincue par le discours de l'inconnu, la fillette de huit ans abandonne ses amies et le suit. 

Véronique n'a aucune idée du cauchemar dans lequel l'attire François, celui dont le nom la hantera durant les trente prochaines années.

Loin de s'arrêter à l'enlèvement, ce livre expose les conséquences qu'un tel drame peut engendrer chez la victime.

Et si le plus difficile était de survivre?

« La panique s'empare de moi. Personne ne sait que je suis ici. Ma mère ne viendra pas. Je ne retournerai jamais chez moi. Je m'effondre en larmes. Puis, je crie. Je frappe la porte comme s'il s'agissait de mon agresseur. Mes poings sont douloureux, mais ce n'est rien à côté de l'angoisse qui me serre le coeur. Ma poitrine brûle. Qu'ai-je fait? Je vais mourir. J'aurais dû dire à mes parents que je les aime. » 

L'avis de MissDupont :

Lorsque l'on devient maman, une peur incommensurable s'installe au plus profond de notre être : que notre enfant soit enlevé, brutalisé (ou pire encore).

Je me doutais bien que cette lecture serait prenante, mais ouf! Dès les premières pages, c'est avec le motton dans la gorge et les larmes plein les yeux que je réalise toute l'ampleur que cette lecture aura sur moi.

 

Nous assistons à l'avant, pendant et après l'enlèvement de Véronique (soeur de l'auteur) sous trois points de vue : la victime, la mère et le côté plus formel de l'enquête.

 

Bien que l'on sait que Véronique sera retrouvée saine et sauve (mouais bon ...ça dépend des points de vue hein) au fil des pages et à mesure que Véronique grandit, on prend conscience des dégâts qu'un tel crime peut avoir sur la victime.

 

Sans parler des silences... des non dits... qui tôt ou tard viendra anéantir la relation mère-fille.

 

Je ne doute aucunement que l'écriture de cette histoire a dû être éprouvante pour la famille Rocheleau, mais sincèrement l'auteur a fait un travail remarquable car on ne sent nullement que le livre a été écrit 20 ans plus tard.

Auteur : Carl Rocheleau
Éditions : De Mortagne
Parution : Octobre 2016
Pages : 302

Assise dans la salle d'attente, j'assiste avec impuissance au journal télévisé. C'est insupportable. Je retiens à peine mes larmes. Je m'approche de la secrétaire. Je n'arrive pas à croire ce que je vais dire.

- S'il vous plaît, est-ce possible d'attendre ailleurs ? Ma fille vient d'être enlevée et...

- Oh, oui! Entrez dans la "C".

Elle sympathise, mais je ne l'entends pas. Je me précipite dans la salle d'observation pour pleurer.

Véronique, sois forte! N'abandonne pas! Tu es débrouillarde et tellement intelligente. Je sais que tu peux y arriver.

Extrait p.53

Crédit Photo : Bookivores

Crédit Photo : Bookivores

Publié dans LittQc, Faits Vécus

Commenter cet article