Le piège de l'innocence

Publié le par Mlle Lambert

Il voulait l’aider.

Il se retrouve accusé…

Vic Howard a toujours été transparent, ignoré de tous, même de sa propre mère. Un soir, alors qu’il s’ennuie à une fête, il remarque de Callie, une fille de son lycée, a beaucoup trop bu. Il décide de lui venir en aide.

Au matin, la police sonne chez lui : Callie a été violée, il est le principal suspect. Du jour au lendemain, Vic est le centre de l’attention, tous le considèrent coupable. Sauf Autumn, la meilleure amie de la victime, qui compte bien s’allier à lui pour découvrir une vérité que tout le monde préfère taire.

L'avis de Mlle Lambert :

Pour ma part, il n’est pas arrivé souvent – voir jamais – que je lise un livre ayant pour sujet principal le viol et que je me retrouve du côté de l’accusé. Habituellement, on se retrouve du côté de la victime, on apprend à la connaître, à connaître son histoire, on nous relate les faits et les souffrances qui s’en sont suivis. Par contre, dans ce roman, on se retrouve du côté de l’accusé, on voit ce à quoi il doit faire face, on apprend ce qu’il sait et ce qu’il a réellement fait.

De plus, le personnage principal - l’accusé - n’est pas ce grand gaillard, populaire et avec un surplus d’estime de soi. Non. C’est un jeune garçon ultra réservé, habitué de se fondre dans le décor et qui vit avec un énorme manque de confiance en lui. Il fait profil bas et vit dans l’ombre de son meilleur ami.

Pourtant, quand la nouvelle éclate, les gens ne se posent aucune question et font immédiatement de lui le coupable. Coupable jusqu’à preuve du contraire serait plutôt la loi qui régit l’environnement de Vic. Même sa propre mère le croit coupable dès la seconde où elle apprend la nouvelle (vous imaginez?!).

Finalement, malgré le sujet sensible et tout ce que doivent endurer Vic et Callie, cela reste quant à moi une lecture plutôt légère, qui se lit facilement et qui termine bien, malgré tout...

Mais attention! Bien qu’à un certain moment je me sois légèrement doutée de l’identité du vrai coupable, le voir écrit noir sur blanc m’a chamboulée et risquera de vous chambouler également durant quelques minutes. ;)

xx

Auteure : Kelley York
Éditions : Pocket Jeunesse
Parution : Novembre 2016
Pages : 315

Comme des centaines de fois par le passé, je m’approche pour la prendre dans mes bras, sans jamais savoir comment elle va réagir. Va-t-elle enfouir son visage mouillé de larmes contre mon épaule et sangloter, ou tourner les talons? C’est toujours la grande inconnue. Parfois, mes excuses ne suffisent pas à la rendre heureuse.

Elle recule.

* Ne me touche pas.

Ça, c’est nouveau. Je me fige et laisse retomber mes bras. Elle hoquette et s’essuie les yeux, s’efforçant de prendre un air sévère, mais elle n’en paraît que plus ravagée.

* Va dans ta chambre, Victor. Je ne veux pas te voir pour le moment.

Ah! Ça, en revanche, ce n’est pas nouveau. En tout cas, pas complètement. Je ne veux pas te voir. J’avais un peu plus de dix ans quand j’ai entendu pour la première fois ma mère prononcer ces mots, et j’en ai eu le cœur brisé. Rien de ce qu’on ait pu me dire après ne m’a fait autant mal.

Raison pour laquelle je ne réponds rien. J’obéis et bats en retraite dans ma chambre, où je m’assois sur mon lit, la tête dans les mains, les yeux fermés, à essayer de me remémorer le moment exact où ma mère a cessé de m’aimer.

Extrait p.73

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Drame, Jeunesse

Commenter cet article