Journal de Dylane : Pomme d’amour sucrée

Publié le par Mlle Lambert

Moi (en lui courant après) : Minute! J’ai pas fini!

Jacob : Moi, oui.

Moi (en marchant à côté de lui) : Je crois que tu t’es fait une fausse impression de moi. Je veux pas gagner à tout prix, tu sais. Je veux juste proposer de nouvelles idées. Changer les choses, quoi!

Jacob (en s’arrêtant pour me regarder) : Les filles comme toi, je sais les reconnaître à mille lieues à la ronde. Vous vous croyez tout permis parce que vous êtes mignonnes et que tout le monde vous écoute. Eh bien, j’ai des petites nouvelles pour toi, Dylane Morin! Je ne vais t’accorder aucune chance! C’est moi qui vais remporter ces élections! Parce que, contrairement à toi, j’ai d’autres priorités dans la vie que le maquillage et les vêtements! Maintenant, laisse-moi tranquille, j’ai des occupations hautement plus importantes!

Moi (en le regardant partir, la bouche grande ouverte) : Sérieux? Tu me trouves mignonnes?

Il a secoué la tête, sans même prendre le temps de me répondre. 

L'avis de Mlle Lambert :

Grâce à sa grand-mère, Dylane fait maintenant la découverte de la pomme d’amour sucrée! Bye bye la sloche, les chocolats chauds, la barbe à papa et les sandwichs à la crème glacée et bonjour aux belles pommes rouges enrobées de sucre!

Ce cinquième tome du Journal de Dylane est, jusqu’à maintenant, mon préféré! Bien que je sois toujours très contente de retrouver notre chère héroïne au goût prononcé pour l’exagération, j’ai adoré le fait que, dans ce tome, elle passe une partie de son été chez ses grands-parents, en campagne. Après 5 tomes, j’ai trouvé ça très agréable de voir notre jeune demoiselle à l’extérieur de son quotidien. Son quartier, son école et ses amis sont donc remplacés par la campagne, la rivière et ses grands-parents. Ça m’a également rappelé des souvenirs de mes propres vacances quand j’étais jeune. La vie en communauté, les heures à cuisiner avec ma grand-mère, les moments complices avec mon grand-père, les soirées à chanter au bord du feu en famille, les infernales mouches à chevreuils… sans oublier les jeux et niaiseries que j’ai pu faire avec ma sœur, nos amis et nos voisins ;)

Notre Dylane est toujours aussi comique! Sa personnalité et ses réflexions ne peuvent que nous coller un sourire aux lèvres lors de notre lecture et nous donner envie de la suivre à travers tous les prochains tomes qui paraîtront!

xx

Auteure: Marilou Addison
Éditions: Boomerang
Parution: Novembre 2016
Pages: 381

En plus, QUI veut savoir ça, l’hypothénuse?

Je ne me souviens même plus ce que c’est! Si je travaillais dans une commission scolaire, je ferais une réforme complète de l’enseignement, c’est clair! Je voudrais que les jeunes sachent faire un curriculum vitae (pour avoir un emploi, c’est essentiel), une déclaration de revenus (papa se casse toujours la tête, quand vient le temps de la terminer) ou simplement la cuisine.

Moi, j’ai la chance d’avoir des parents totalement irresponsables, qui ne me font quasiment jamais à manger. (Ok, j’exagère un peu, papa cuisine quelques soirs par semaine.) Alors j’ai appris sur le tas, mais ce n’est pas le cas de tout le monde! En plus, contrairement à d’autres, je peux faire mon lavage (même si je déteste ça) et passer la balayeuse. Mais que font les jeunes dont les parents s’occupent convenablement d’eux,

hein? Qui ne les utilisent pas comme des esclaves? Rendus à l’âge adulte, ils sont pris au dépourvu, voilà!

Eh bien, pas moi! Mon père m’a tellement exploitée durant les dernières années, que je suis autonome, désormais. C’est un mal pour un bien, il faut le dire.

Extrait p.17

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans LittQc, Jeunesse

Commenter cet article