Le coeur gros

Publié le par Mlle Lambert

Arielle a onze ans, mais sent déjà son avenir se refermer sur elle, enserrer son corps obèse qui ne correspond pas aux canons de la beauté qu’incarne sa mère et sa sœur. Élevée dans un milieu privilégié où l’apparence fait loi, privée depuis peu du soutien de sa grand-mère, sa seule véritable alliée, elle se gave de nourriture pour combler le vide de plus en plus grand qui l’envahit.

Dans sa bouche, les phrases chipées aux adultes qui oublient trop souvent sa présence prennent un tour grinçant; les morales à l’eau de rose des films dont elle se régalait avec Mamie tournent au vinaigre. Entre ses doigts potelés, l’archet du violoncelle tangue avec grâce, mais l’amour s’obstine à filer.

Que reste-t-il à espérer, quand on a comme elle le cœur gros?

L'avis de Mlle Lambert :

Pour une raison inexplicable, je me suis laissée tenter par ce roman de Dominique Bertrand. Moi qui suis très visuelle, j’ai tendance à me laisser charmer par la couverture d’un roman et de me le procurer sans même en avoir lu le résumé. Seulement, cette fois, en plus de me sortir de ma zone de confort littéraire, ce roman présentait une couverture qui n’avait rien d’accrocheuse pour moi. Et pour une raison inconnue, j’ai eu envie de me laisser tenter. Mes parents ne m’ont pas répété toute ma jeunesse qu’ « il ne faut pas se fier aux apparences » pour que je me laisse décourager par une couverture hors du commun. ;)

Donc, on se retrouve ici, le temps de quelques heures (parce que ce livre n’est pas très volumineux), dans la tête d’Arielle, 11 ans, qui ne s’aime pas, car elle ne correspond pas aux standards de beauté établis par la société dans laquelle elle grandit. Contrairement à sa sœur et à l’ensemble de son entourage, elle a des kilos en trop et une gourmandise surdéveloppée, ce qui rend son quotidien plutôt difficile.

Le Cœur gros est un roman gorgé d’émotion qui présente une jeune fille de 11 ans au mal être bien plus profond qu’elle ne peut laisser voir de l’extérieur. Une petite fille avec tant de rêves et tant d’amour à offrir, mais si peu comprise et considérée par son entourage que la solitude et le vide la ronge de l’intérieur.

Stéréotypes, mal de vivre, mutilation, problèmes de nutrition, jugements… un cocktail explosif, un peu déprimant et lourd à mon goût, mais toutefois merveilleusement bien abordé par l’auteure.

xx

Auteure : Dominique Bertrand
Éditions : Québec Amérique
Parution : Septembre 2016
Pages : 207

Et puis, juste au moment où nous nous immobilisons au feu rouge qui nous attend devant le portail, je repère au loin mon Sacha, je distingue la blondeur de sa chevelure pareille à aucune autre, la grâce de sa silhouette, le coussin de ses lèvres, l’effarante splendeur de son visage qui luit sous la pleine lune. Le nez collé à la fenêtre, je le vois prendre son élan pour botter avec force ce que je mets quelques secondes à reconnaître. Non, je n’invente rien. Sous l’impact du coup de pied de Sacha, c’est bien mon beau panier qui se met à virevolter très haut dans les airs, répandant du coup tout son contenu de bonbons assortis qui, telle un volée de régals, tourbillonnent longuement avant de disparaître, à l’atterrissage, dans l’épaisseur de la neige.

Papa allume la radio en bâillant. La journée a été longue. Avec tout ça, j’ai faim, moi, coudon. C’est bien beau, ravaler ses larmes, mais c’est pas ça qui bourre, on va se l’avouer. Même qu’on pourrait plutôt dire que ça vide une fille. Une chance, je connais

une boîte de brownies qui toffera pas la run ben ben longtemps, pi aussi, caché sous mon lit, un sac de chips à saveur de poutine qui va se faire faire la passe dans le temps de le dire.

Avec mon petit exacto bien tranchant, idéal pour changer le mal de place, avec le reste de May West que je garde dans le dernier tiroir de ma commode et ma petite Marie sous mon oreiller, y a franchement pas de raison pour que cette soirée-là ne finisse pas en beauté.

Extrait p.116

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans LittQc, Sentimental

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article