Couleur Ketchup

Publié le par MissDupont

Vous avez déjà eu un secret terrible? Un secret qui vous isole à jamais de ceux que vous aimez? Un secret qui pourrait bouleverser votre monde, s'il éclatait?

Zoé porte un secret trop lourd pour ses quinze ans. Comment pouvait-elle imaginer que ce garçon pour qui elle a eu le coup de foudre est le frère de son petit ami? Et ne pourra-t-elle jamais oublier l'avalanche de drames qui ont suivi cette révélation?

À Stuart Harris, un criminel condamné à la peine de mort, elle va pouvoir livrer ses confidences lettre après lettre. Parce que seul un meurtrier peut comprendre ce qu'elle a vécu...

L'avis de MissDupont :

Vraiment intéressant la façon que l'auteur a choisie de nous amener l'intrigue. Oui "Zoé" - nom fictif pour des raisons de sécurité - écrit des lettres... mais le fait que, dans un premier temps, elle les écrit à un prisonnier - un meurtrier qui plus est -,  nous amène complètement ailleurs. Dans un second temps, voilà qu'elle n'y va pas de façon banale. Ses lettres sont écrites dans deux espaces-temps: le présent (le moment où elle rédige chaque lettre) et le passé (ce moment où, de fil en aiguille, on découvrira ce qui s'est passé).

 

Zoé a ce besoin de dévoiler son secret à quelqu'un, mais on comprend vite qu'il y a une mort sous ce sordide secret et qu'elle a une certaine part de responsabilité.

Qui est-ce ?

Qu'a-t-elle fait ?

Pour qu'elle raison ?

 

On plonge rapidement dans son histoire. On veut tout savoir tant la curiosité nous habite. Puis on finira par comprendre qu'un certain avenir deviendra impossible suite à cet événement tragique. Certains chemins doivent se séparer tôt ou tard... mais le souvenir, quant à lui, demeurera.

 

Petit bémol par contre a ce qui a trait à la traduction - ainsi que la syntaxe - qui laisse quelquefois à désirer, de sorte qu'il arrive que l'on s'enfarge sur certaines phrases au cours de notre lecture.

Auteure : Annabel Pitcher
Éditions : Plon
Parution : Juin 2013
Pages : 314

Un jour, Papa a lu ce bouquin concernant l'adaptabilité de l'être humain. Dedans, y avait écrit à quel point nous sommes des créatures remarquables parce que nous sommes capable de nous habituer à tout, et ça, Stuart, c'est tellement vrai. Si vous considérez que des gens s'endorment dans des avions sans même réfléchir au fait qu'ils se trouvent en haut dans le ciel, en train de voler au-dessus des nuages d'Amérique du Sud ou d'ailleurs, c'est quand même incroyable. Tout comme c'est un miracle d'aller aux toilettes à des milliers de mètres au-dessus de la terre, de faire pipi au-dessus de l'océan. Eh bien rouler dans la même voiture qu'Aaron, c'est un peu la même chose. Au début c'était Waoooooooooouh, mais au bout de cinq minutes je m'y suis habituée et j'avais l'impression étrange que ce siège automobile était précisément l'endroit où j'avais ma place. Nous avons roulé sans effort le long de la grand-rue, les feux passaient au vert pile au bon moment, comme si le dragon du restaurant soufflait une flamme vert émeraude pour éclairer notre chemin jusqu'à la maison.

Extrait p.131

Crédit Photo : Bookivores

Crédit Photo : Bookivores

Publié dans Jeunesse, Drame

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article