Le shoe must go on

Publié le par Mlle Lambert

Trouver le match idéal sur un site de rencontres? Mouais… J’en doute, mais ça m’a paru amusant de tenter l’expérience. Hmmm… Pas facile de se vendre sans en avoir l’air. Dans la vie, j’arbore le look ça-m’a-prix-dix-minutes-pour-ressembler-à-une-star, sauf qu’en réalité, j’y ai mis trois heures. Mais comment atteindre la même perfection avec des mots? Maudite fiche d’inscription!

Au fait, je m’appelle Chloé. Chloé Dubois. J’ai vingt-huit ans – et un sale caractère, jusqu’à ce que j’aie pris mon premier café du matin. J’aime les cupcakes et le rose. Je suis une fan finie des chaussures et des Post-it. Sérieux. Ne jamais sous-estimer la puissance d’un Post-it. Ça colore la vie! Ça peut même la changer…

Je travaille comme conseillère de mode dans une boutique super chouette du centre-ville, Le Walk-In. J’adore mon boulot, même si ce n’est pas le plus prestigieux, et puis, ça paie mes propres chaussures! Côté famille, je ne m’étendrai pas sur le sujet : j’ai une mère. Et une mère déçue de ma non-carrière et de ma non-vie amoureuse. Une mère qui sera enfin fière de moi le jour où j’atteindrai ses objectifs…

Je ne pensais jamais vivre ce fameux jour où je la satisferais, mais tadam! Concours de circonstances oblige : je me retrouve parachutée à New York pour la Fashion Week (un défilé de chaussuuuuures!) et j’ai un amoureux qui a passé le test du Salaudmètre!!!!!!!!!

Vlan dans les dents, maman!

L'avis de Mlle Lambert:

Fidèle à la "chick lit", Le shoe must go on est un roman qui se lit le sourire aux lèvres. Parfois ce sourire se transformait en sourire bête (lors de moments plus cute), ce qui faisait douter mon copain quant à ma santé mentale (hahaha!). Mais un sourire reste un sourire! 😏

Ensuite, ce roman est spécialement conçu pour nous faire perdre toute notion du temps et, ainsi, nous garder accroché à l’histoire malgré les obligations! « Comment ça spécialement conçu? » vous demandez-vous… PARCE QU’ILS N’ONT PAS MIS DE VRAI CHAPITRE!! Vous avez bien lu! Pas de chapitre 1-2-3, les seules coupures dans le temps sont marquées par des chaussures au centre de la page! Alors il n’y avait plus de « un dernier chapitre et j’arrête » (qu’on respecte rarement, mais qu’on se dit quand même haha!). Ne pouvant plus me dire cette phrase, je continuais à lire, lire et lire encore sans qu’aucun chapitre ne vienne me rappeler que j’avais d’autres obligations et que le monde continuait de tourner (parce qu’entre vous et moi, quand on est passionné par une histoire, on oublie bien vite les petits souliers qui parsèment l’histoire. 😏

Aussi, disons que le sujet principal du roman - la mode - a de quoi ravir pas mal toutes les filles de ce monde! Même moi, qui ne suis pas une fan finie de la mode et qui n’achète pas énormément de vêtements, de souliers ou d’accessoires (surtout parce que mon budget est entièrement consacré à l’achat de romans 🙈 ), je peux dire que cette histoire m’a fait rêver! L’enthousiasme de Chloé et sa passion sont totalement contagieux! Et n’importe qui, qui a une passion, saura se reconnaître à travers l’héroïne et ses aventures!

Pour ce qui est des personnages… ils sont TELLEMENT croustillants! Il y a Chloé (la seule et l’unique), ainsi que ses trois fidèles amies depuis toujours; Valérie, Maggie et Léa. Il y a aussi la fameuse maman de Chloé (un peu intense sur les bords) et la diabolique belle-sœur! Bref, je ne peux pas vous énumérer chacun des personnages, mais vous comprendrez qu’ils ont chacun leur genre et donnent tous un peu de piment à l’histoire! Mon préféré: Jérémy! Il est drôle, tout à fait charmant et l’aiguille du Salaudmètre est dans le vert!

Bref, avec ce premier roman, Caroline Langevin se taille une place de choix au sein des auteurs de chick lit! Moi la première, je sauterai sur son prochain roman sans hésitation!

xx

Auteure: Caroline Langevin
Éditions: De Mortagne
Parution: Septembre 2016
Pages: 338

Quand j’étais petite, ma mère me répétait que je ne pouvais pas prétendre ne pas aimer un repas avant même d’y avoir goûté. J’ai grandi avec l’écho de ces mots dans ma tête. Plus tard, j’ai appliqué ce précepte à toutes les sphères de ma vie, sexualité incluse. Si elle s’était doutée une seconde de toutes les expériences sexuelles que sa morale m’amènerait à essayer, ma pauvre mère m’aurait certainement laissée mettre mes champignons de côté dans mon assiette. Néanmoins, je dois avouer que cette idée me plaît particulièrement. D’accord, je n’aime toujours pas les champignons (désolée, maman), mais je me connais très bien sexuellement parlant (désolée, maman).

Extrait p.27

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans LittQc, Chick-Lit

Commenter cet article