Qui s'occupe du souper ?

Publié le par MissDupont

Qui s'occupe du souper ?

La journaliste et essayiste Nathalie Collard fut parmi les premières à s’intéresser à la conciliation travail-famille, dès 1996. Vingt ans plus tard, le sujet demeure plus pertinent que jamais. Bien des femmes, constate-t-elle, sont à bout de souffle, stressées, insatisfaites, au bord de l’épuisement. Car pour l’instant, ce sont encore et surtout elles qui pédalent. Ce sont les mères qui s’occupent du souper ou prennent congé du travail quand un enfant a rendez-vous chez le médecin… Et franchement, plaide l’auteure, il est temps que cela change.

Bien sûr, le monde du travail s’ouvre timidement à la réalité des familles modernes. Et on voit poindre une nouvelle génération de pères plus engagés et plus présents. Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

La prochaine étape ? En arriver à concevoir la conciliation travail-famille non plus comme un défi individuel, mais comme un enjeu qui touche tout le monde, une condition nécessaire à l’équilibre de la société. Si, durant des siècles, les hommes ont pu avoir accès à tout – la carrière, les enfants, la famille, les loisirs – c’est parce que les femmes étaient à leurs côtés. L’heure du retour du balancier a sonné. Au tour des hommes de mettre l’épaule à la roue afin qu’hommes et femmes puissent se réaliser pleinement.

L'avis de MissDupont:

Avec l'approche de la rentrée scolaire, je n'ai pu faire autrement que de constater qu'au sein de mon couple, je suis la seule qui se retrouve à bout de souffle parce que je cours partout et veille à penser à tout:

  • L'achat des 10000 articles sur la liste scolaire.
  • Est-ce que les souliers d'éducation physique du plus grand font encore ?
  • Est-ce que l'autre à une paire de short sport ?
  • Aller à l'école payer les frais de scolarité.
  • Remplir les 72 formulaires sur la santé des troupes et sur "Qui est mon enfant" et si je veux voir sa tronche sur les médias sociaux.
  • ​Veiller que le plus jeune soit bel et bien inscrit au service de garde
  • Aller au secrétariat pour aviser le changement d'adresse

Bref... ça ne fini plus! Et pendant que l'on colle les millions de petites étiquettes de nom partout-partout-partout, l'homme est sagement assis dans le salon et joue au PS3!
Mouais... la femme rumine 😉

Qui s'occupe du souper ?

Alors voilà que je tâte le pouls auprès de la gente féminine via un statut Facebook ➡

Parle-parle, jase-jase ...le résultat du sondage maison révèle que la presque totalité des femmes sont dans le même bateau!
C'est alors qu'une libraire que j'adore, me suggère le livre de Nathalie Collard. Elle ne l'a pas lu, mais le sujet abordé se rapproche énormément de mon "état" de super femme-maman-épouse-ménagère-employée-blogueuse-lectrice qui est exténuée.

Bon!
Disons que ce n'est pas tout à fait la lecture à laquelle je m'attendais...
Le tout est très formel. Statistiques, rapports d'études, sondages... si vous aimez ce genre de speech littéraire, alors vous tombez bien.

À quoi je m'attendais alors?
À des explications, bien entendu et pourquoi pas une formule magique qui viendrait équilibrer le partage des tâches au sein du couple lol
Ouais... je crois encore au Père Noël!

Oui, il m'a fait comprendre bien des choses! L'auteure remonte au tout commencement et nous amène à notre époque en parcourant petit à petit les changements qui se sont concrétisés. Elle aborde d'ailleurs le féministe sous un angle que je ne l'avais jamais perçu et que j'ai trouvé fort intéressant.

Elle nous démontre aussi la grande disparité entre l'homme et la femme - car ne l'oublions pas... les hommes viennent de mars et les femmes de vénus - et trop souvent, ces différences nous amènent - les femmes - à vouloir tout faire nous même parce qu'on veut que tout soit parfait! Ah la perfection! Je me suis bien reconnue ici 😂

"Le secret c'est de lâcher prise."
Suivons l'exemple des hommes qui eux, le font naturellement.

On est dans le très formel et à des années lumières de l'humour - alors si vous pensiez vous dilater la rate... ne passez pas Go et ne réclamez pas 200$.

Auteure: Nathalie Collard
Éditions: Québec Amérique
Parution: Mars 2016
Pages: 195

Mais de quoi les femmes se sentent-elles coupables au juste? J'exagérerais à peine si je répondais: de tout. Les mères se sentent coupables d'en faire trop, de ne pas en faire assez, de ne pas consacrer assez de temps à leur famille et de ne pas passer suffisamment d'heures au travail. Elles culpabilisent à l'idée de ne pas confectionner de petits plats maison à leur marmaille, de ne pas avoir assisté à toutes les activités scolaires et parascolaires du petit dernier, de ne pas faire suffisamment d'activités avec leur enfant durant le week-end. Sans compte la culpabilité qu'elles ressentent parce qu'elles ne font pas assez de sport, n'ont plus de temps pour leurs amies et encore moins pour passer du temps en tête-à-tête avec leur conjoint.

Extrait p.51

Crédit Photo : Bookivores

Crédit Photo : Bookivores

Publié dans Essais, LittQc, Historique

Commenter cet article