Je suis là

Publié le par Mlle Lambert

Je suis là

Ça fait vingt semaines que je suis seule, seulement six que je m’en rends compte. Et pourtant, j’ai l’impression que ça fait une éternité. Ça passerait peut-être plus vite si je dormais plus souvent. Enfin, si mon esprit se déconnectait. Mais je n’aime pas dormir. »

À la suite d’un accident d’escalade en montagne, Elsa est plongée dans le coma. Tandis que l’espoir de son réveil s’amenuise de jour en jour, que ses proches et les médecins commencent à baisser les bras, un jeune homme, Thibault, pénètre par erreur dans sa chambre. Traumatisé par le sort de son frère qui a renversé deux jeunes filles en voiture, Thibault décide de se confier à Elsa et noue une relation avec elle, malgré son mutisme.

Est-il à ce point désespéré de lui-même? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit?

L'avis de Mlle Lambert:

Un roman au « je »! Eh oui, j’adore les romans au « je » (haha!). Et cette fois je suis gâtée! Il n’y a pas un, mais deux « je » : Elsa et Thibault.

En fait, l’histoire est racontée selon leurs deux perspectives. L’une est emprisonnée dans son propre corps, avec pour seuls repères les sons qui l’entourent. L’autre, avec sa propre histoire, apprend à connaître Elsa avec pour seuls indices la chambre dans laquelle elle se trouve.

J’ai beaucoup aimé ce livre. Écrit dans un langage courant, il se lit super bien malgré quelques mots et expressions françaises peu utilisés par les québécois. J’ai trouvé vraiment intéressant de me retrouver dans les pensées d’une jeune femme dans le coma. Elle ne voit rien, ne sent rien et doit tout imaginer selon ce qu’elle entend. Cela donne une belle perspective du monde extérieur. En plus, l’auteur a réussi à aborder la même histoire selon deux perspectives différentes, à travers deux personnages qui ont leur propre histoire, et ce, sans que cela ne devienne répétitif. Chapeau!

Je suis là est un roman rempli d’émotions, mais aussi plutôt léger. On y aborde un sujet sensible et controversé - mettre fin à l’assistance électronique de quelqu’un dans le coma - et pourtant l’auteur réussi à faire passer de petites touches plus légères dans son roman, ce qui donne envie de le lire d’une traite. L’auteure écrit avec beaucoup de descriptions, ce qui nous permet de bien s’imaginer les scènes et les personnages. J’arrivais même à sentir la fameuse odeur de jasmin qui se dégageait d’Elsa!

C’est donc un livre très facile à lire, malgré le sujet délicat dont il traite. La fin, quant à elle, nous laisse sur notre appétit et on peut supposer qu’il y aura peut-être une suite. Dans tous les cas, il y a matière à exploiter!

Je termine donc sur une citation de Marcel Pagnol qui résume bien l’essence du livre :
« Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait. »

Bonne lecture!

xx

Auteure: Clélie Avit
Éditions: Livre de poche
Parution: Juillet 2016
Pages: 235

J’ai froid. J’ai faim. J’ai peur. Du moins, je crois.

Ça fait vingt semaines que je suis dans le coma et j’imagine que je dois avoir froid, faim et peur. Ça n’a aucun sens, parce que si quelqu’un doit savoir ce que je ressens, c’est bien moi, mais là… Je ne peux qu’imaginer.

Je sais que je suis dans le coma parce que je les ai entendus en parler. Vaguement. Ça devait être il y a six semaines que j’ai « entendu » pour la première fois. Si j’ai bien compté.

Je compte comme je peux. J’ai arrêté de compter en passages de médecin. Il ne vient quasiment plus. Je préfère compter en rondes d’infirmières, mais elles sont assez irrégulières. Le plus simple, c’est de compter en passages de femme de ménage. Elle entre dans ma chambre toute les nuits vers 1 heure du matin. Je le sais parce que

j’entends le jingle de la radio accrochée à son chariot. Et là, ça fait quarante-deux fois que je l’entends.

Extrait p.7

Crédit Photo : Mlle Lambert

Crédit Photo : Mlle Lambert

Publié dans Général

Commenter cet article

ClaudeL 29/07/2016 14:08

Même titre qu'un roman -- relativement récent-- de Christine Eddie. Ça sera mêlant pour les bibliothèques! Mais je vais le lire quand même, hihi!