Gallant: Confessions d'un tueur à gages

Publié le par MissDupont

Gallant: Confessions d'un tueur à gages

Auteurs: Éric Thibault et Félix Séguin
Éditions: Les éditions du Journal de Montréal
Parution: Mars
Pages: 303

Quatrième de couverture:

Gérald Gallant fut l'un des plus tristement prolifiques tueurs à gages de l'histoire du Québec : 28 victimes, dont la plupart étaient liées au crime organisé, sont tombées sous les balles de ses armes.

À partir de ses confessions à la police, les journalistes Éric Thibault et Félix Séguin dressent le portrait d'un fin manipulateur, un caméléon qui a su berner policiers, psychologues, amantes et confrères criminels.

« Gallant. Confessions d'un tueur à gages » est un véritable polar ancré dans la réalité.

L'avis de MissDupont:

Vous aimez regarder des reportages d’enquêtes policières à la télévision ? Ce livre devrait donc vous intéresser !

Cela fait maintenant 6 ans que je suis avec mon conjoint et pendant ces 6 années, JAMAIS je ne l’ai vu lire un livre… je cohabite avec l’homme typique qui a la manette de PS3 de greffer à la main. (Oui mesdames, vous n’êtes pas seules… pour en avoir déjà discuté sur le groupe privé de « Il était une fois » nous sommes beaucoup de lectrices accrocs en couple avec des hommes gamers.) Eh bien, ce livre a su capter son attention et c’est avec bonheur que j’ai vu mon mâle Alpha lire un bouquin (j’ai pris une photo en souvenir) et le terminer en moins d’une semaine.

Pour l’avoir lu après mon homme, je comprends ce qui a pu le captiver à ce point.

Dans ce livre nous retrouvons tout ce qui concerne l’une des plus importantes enquête contre le crime organisé au Canada. Documents d’enquête policière, reproductions écrites de Gallant, rapports de toutes sortes, photos de scènes de crime, tout y est structuré de façon logique et concise. Vous ne vous y perdrez pas.

Que dire de Gérald Gallant ? J’ai été frappé par sa personnalité particulière ! Cet homme fut un fin manipulateur et, disons-le, un méchant psychopathe. Le ton détaché qu’il emploie lorsqu’il avoue ses trop nombreux crimes, m’ont sidéré. À croire que ça lui faisait ni chaud ni froid …que c’était normal. Ses nombreuses incarcérations et par le fait même ses libérations conditionnels m’ont amené à me questionner sur notre système judiciaire.

Bien que choquant par moment, puisque c'est la transcription d'un passé réel qui s'est déroulé partout autour de nous, ce livre est très intéressant!

Gallant n'a aucun sentiment. C'est un ostie de malade. Le pire chien sale.
Moi j'ai jamais utilisé Gallant. Lui, l'écoeurant, il m'a utilisé. Il me voyait comme un poisson. Il s'est servi de toutes nous autres. Ostie de sale...
J'avais peur de lui. J'ai jamais commandé un meurtre. Raymond Desfossés m'a jamais demandé de passer quelqu'un.
Mets-moi dans le même pen que lui pis j'aimerais le tuer, Gallant. Je te le promets, mets-moi une heure avec Gallant, tu vas voir...

Extrait du roman

Publié dans LittQc, Enquête

Commenter cet article